Assemblée générale du 8 janvier 2014

Posté le Samedi 01 Février 2014 à 22:37 par JacquesPerrin (3307 lectures)

L’assemblée générale de l’Association « Inspecteurs de l’éducation sans frontières » (IESF), réunie conformément aux dispositions statutaires, à l’invitation de la Présidente Michèle Sellier, s’est tenue le 8 janvier 2014 de 17h30 à 20h, à la Ligue de l’enseignement, 3 rue Récamier, 75007 Paris.

La présidente a constaté que le quorum était atteint, compte tenu des personnes présentes (17) et représentées (4). (Voir la liste en annexe 1)

La présidente souhaite la bienvenue à Eric Favey, secrétaire général adjoint de La Ligue de l’enseignement, délégué à l’éducation, à la culture et à la société de l’information et à David Lopez, chargé des activités internationales auprès d’Anne-Marie Houillon, vice-présidente de la Ligue de l’enseignement chargé de l’international.

La présidente les remercie de participer à l’assemblée générale d’IESF.

Il a été demandé au secrétaire de l’association, Jean Geoffroy, d’assurer la présidence de la séance.

L’ordre du jour appelait l’examen des points suivants :

- Approbation des Procès-verbaux de l’assemblée générale ordinaire et de l’assemblée générale extraordinaire du 23 octobre 2012

- Accueil de nouveaux membres

- Rapport d’activité 2013

- Intervention de Jean Geoffroy concernant sa mission en Haïti

- Intervention d’Eric Favey, secrétaire général adjoint de la Ligue de l’enseignement  et de David Lopez, chargé des actions internationales à la Ligue de l’enseignement auprès d’Anne-Marie Houillon

- Approbation des comptes de l’association et quitus donné au trésorier

- Questions diverses.

I. APPROBATION DES PROCES – VERBAUX DES PRECEDENTES  REUNIONS DU 23 octobre 2012

Après constatation que les procès-verbaux  des deux assemblées générales ne suscitent ni opposition ni abstention, le président de séance déclare qu’ils sont approuvés à l’unanimité.

II. ACCUEIL DE NOUVEAUX MEMBRES

L’association se réjouit d’accueillir dans ses rangs deux collègues retraités de l’inspection générale de l’Agriculture qui se présentent rapidement :

- Monique LEFEVRE-BARDOT dont la carrière s’est déroulée dans l’enseignement, la formation des enseignants, la formation des formateurs, l’innovation et la rénovation des enseignements. De compétence générale, elle s’est ensuite spécialisée dans le management et le pilotage des équipes de direction des établissements de formation agricole. Son expérience professionnelle comporte également des travaux à l’international, notamment en Europe, ainsi que des recherches sur le lien social.

 - Jean METGE est ingénieur général des Ponts, des Eaux et Forêts et il était inspecteur de la mission de coopération internationale pour l’enseignement agricole. Le domaine particulier de son activité est l’ingénierie de formation et il a accompli de nombreuses missions, en particulier, en Afrique du Nord.

Elle accueille également :

- Philippe FORTSMAN, inspecteur général honoraire de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, dont la carrière s’est déroulée d’une part au ministère de l’éducation nationale, en qualité de professeur, puis de secrétaire général d’académie et ensuite au ministère de la culture, en qualité de directeur régional des affaires culturelles. Il a également été membre de cabinet ministériel.

Ont demandé à nous rejoindre :

- Anne-Marie HOUILLON, Vice -Présidente déléguée à la Ligue de l’enseignement chargée des actions internationales, ancienne directrice d’école normale, ancienne directrice adjoint de l’IUFM de Bourgogne,  très impliquée au Bénin ;

- Alain MOUCHOUX, IEN en retraite, vice-président de la conférence des OING du Conseil de l’Europe ;

- Alain BRUNET, inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, qui a travaillé en qualité de sous-préfet, puis a été proche collaborateur du ministre de la culture et a participé à la création de chaînes de télévision.

Et au titre des amis de l’association IESF :

- Françoise BIARD, professeur de physique à l’université de Paris XII Créteil, ayant accompli de fréquentes missions en Afrique du Nord ;

- Marie-Louise KEREVER enseignante de lettres, ayant travaillé à France Télécom et diplômée en 2013 du master 2 de Français Langue étrangère (FLE).Elle nous fait savoir qu’elle est partie pour 4 mois en Inde, près de Bombay à l’Alliance française de Pune pour y enseigner le FLE).

III. RAPPORT D’ACTIVITE 2013

La présidente de l’association présente le rapport d’activités 2013.

Les formalités associatives ont été accomplies auprès de la Préfecture de Police afin que soient enregistrées les évolutions qu’a connues l’association :

- élection du nouveau trésorier Jean-Claude Ravat, successeur de Pierre Dasté,

- domiciliation de l’association à la Ligue  de l’enseignement, 3 rue Récamier à Paris, dans le 7e arrondissement,

- modification des statuts et création d’une nouvelle catégorie de membres de l’association  « les amis d’IESF » ;

Le bureau de l’association s’est réuni une fois durant cette année le 22 octobre 2013 pour l’adoption de nouveaux membres et pour faire le point des activités des membres.

Activités de l’association :

Activités récentes des membres d’IESF :

Diverses missions individuelles ont été accomplies par nos membres, en particulier,  Gisèle Dessieux, Jean Geoffroy  et André Hussenet.

Alain Michel et Michèle Sellier ont dû finaliser la réponse à l’appel d’offre de la Commission européenne qui avait été remporté sur « l’attractivité du métier d’enseignant en Europe ».

Des appels d’offres provenant de diverses institutions (U.E, Banque Mondiale, B.A.D.) ont été publiés sur le site de l’association.

C’est en répondant à un appel d’offres de la B.I.D. que Philippe Forstman a été choisi pour exécuter une mission en Haïti.

Par ailleurs, Alain MICHEL,  Michèle SELLIER et Lorène PRIGENT (autrefois salariée de la SOFRECO) ont répondu à un appel d’offres de la Ville de Paris, concernant les rythmes scolaires, appel d’offre qui a été attribué à un organisme de santé.

De nouvelles sollicitations ont été enregistrées, notamment un appel d’offre concernant la Tunisie « Programme d’appui à l’éducation, à la formation professionnelle et à l’employabilité des diplômés » en liaison avec l’ENA, le CIEP, et IEEPS.

La SOFRECO s’est également tournée vers l’association pour demander un inspecteur d’anglais susceptible de réorganiser l’inspection de langues en Tunisie. Un IPR à la retraite a été sollicité.

Gisèle DESSIEUX indique qu’elle a donné une consultation par téléphone à une entreprise de capitaux africains qui s’intéresse, en particulier, à la bonne gestion d’écoles. C’est à partir de son profil « Linkedin » qu’elle a été choisie. Elle a aussi été sollicitée, par la même entreprise, pour une mission au Maroc.

Marc Goujon indique qu’il a lui aussi une longue habitude des relations avec les autorités marocaines et qu’il est à la disposition d’éventuels responsables d’appels d’offres.

Jean Metge a participé à un appel d’offre sur la rénovation de l’enseignement  agricole au Cameroun.

Individuellement, les membres d’IESF sont aussi impliqués dans des projets de coopération, en particulier Anne –Marie Houillon au Bénin.

De son coté, André Hussenet revient d’une mission en Côte d’Ivoire qu’il a dû malheureusement interrompre  pour des raisons de sécurité.

Ces différentes expériences qui exigent toujours des réponses très rapides, conduisent la présidente à s’interroger sur la possibilité de déposer, sur le site, de courtes fiches de compétences des membres. Un modèle devrait être proposé.

Activités institutionnelles d’IESF

La présidente expose les évolutions que notre association a connues en sa qualité d’institution.

Des relations étroites ont été tissées avec la Ligue Française de l’enseignement, de même qu’avec l’Agence Française de Développement (AFD) ainsi qu’avec le ministère délégué chargé des Français de l’étranger de Madame Conway-Mouret.

Elle porte à la connaissance des membres l’approbation, par le congrès national de la Ligue de l’enseignement, lors de son congrès de Nantes les 27, 78  et 29 juin 2013, de la  Convention de Partenariat passée avec la Ligue Française de l’Enseignement et indique que l’affiliation d’IESF ainsi effectuée permet à IESF de participer à l’AG de la Ligue et de voir son logo figurer dans la Newsletter internationale (soit la lettre d’informations internationales).  La Présidente a été interviewée et son propos paraît dans la Lettre d’Informations internationales n° 23 qui a paru sur le site.

Des projets de coopération Ligue-IESF sont envisagés à Bethléem, avec l’ONG « Petit Prince » pour l’évaluation-conseil d’une école primaire.

Des responsables de la Ligue Tunisienne de l’enseignement, Hela Nafti, inspectrice d’anglais et Hamida Chaouch, son président, ont été approchés et pourraient adhérer.

De même, Anne-Marie Houillon, a participé, en tant que vice-présidente de la Ligue pour les actions internationales à la commission éducation de l’OFAJ.

Des membres d’IESF pourraient être sollicités pour évaluer des projets suivis par cette commission. Anne-Marie Houillon pourrait également faire appel à IESF pour de la formation au Bénin d’instituteurs  résidant dans des villages éloignés. IESF a participé au Salon de l’Education le 22 novembre 2013 à une réunion animée par la Ligue.

Des liens ont été établis avec l’AFD, mettant en œuvre en matière d’éducation principalement des financements bilatéraux en direction de l’Afrique (Voir le site www.afd.fr.home/projetsafd/éducation).

Une rencontre à laquelle participaient Jean Metge, Jacques Perrin et la présidente, a eu lieu le 28 mars 2013 avec Jean-Christophe Maurin, responsable de l’éducation à l’AFD et son adjointe Virginie Bleichtrach.

IESF, représenté par Françoise Duchêne et la présidente, a été invitée, le 6 décembre dernier, à une réunion à l’AFD animée par Virginie Bleichtach, à l’intention de tous les opérateurs et associations intervenants dans le champ du développement. 

Des groupes de travail mis en place par la ministre déléguée des Français de l’étranger, se sont tenus les 13 avril et 15 mai 2013 sur le thème de l’avenir de l’enseignement français à l’étranger. Suite à une réunion à son cabinet avec M. Dominique Depriester de Nicole Baldet, Jean Geoffroy et la présidente, IESF a été invitée à participer aux 2 sessions de concertation qui réunissaient près de 100 personnes. Gisèle Dessieux, ancienne directrice de l’AEFE, a représenté IESF le 13 avril et la présidente le 15 mai.

Pour terminer la Présidente souhaiterait que des liens plus étroits soient tissés avec le CIEP et les inspections générales. De nouveaux contacts devraient être pris.

IV. INTERVENTION DE Jean GEOFFROY concernant la mission en Haïti

Jean Geoffroy fait part à l’assemblée générale, à partir de ses missions en Haïti, de ses réflexions sur les difficultés et les conditions de réussite de ce type de coopération.

Il rappelle que cette mission s’inscrit dans le cadre d’un arrangement administratif signé en 2012 entre l’Etat Français et l’Etat Haïtien et qu’elle concerne l’un des aspects de cette coopération : l’amélioration de la gouvernance du ministère de l’éducation nationale haïtien.

Après une première mission effectuée en mars 2013, par Jean Geoffroy, ayant pour objet de reconnaître les problèmes à aborder, une deuxième mission conduite par Alain Brunet et Jean

Geoffroy en Juin 2013 a permis d’aborder le problème de la formation des assistantes secrétaires, des directeurs de l’administration centrale du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle. Cette deuxième mission de quinze jours a permis de se familiariser avec les méthodes de fonctionnement de l’administration haïtienne et de comprendre aussi certaines difficultés dans la perception des problèmes.

Une troisième mission constituée d’Alain Brunet et de Jean Geoffroy s’est déroulée du 30 novembre au 13 décembre 2013 et a eu pour objectif de travailler avec les directeurs techniques du ministère à la mise en oeuvre du document de référence établi par l’administration haïtienne de l’Education nationale : le Plan Opérationnel 2010-2015.

Les problèmes de gouvernance sont singuliers, aucune situation connue dans un pays n’est transposable dans un autre, ce sont les aspects culturels incluant les modes de relations entre individus, les rapports de hiérarchie à l’intérieur des administrations, les représentations sociales qui commandent des solutions ou, en tous cas, ouvrent des pistes à la réflexion concernant l’organisation de la gouvernance. C’est donc avec une certaine humilité que nous approchons ces questions, découvrant à mesure le rôle des premiers apprentissages qui conditionnent les capacités ultérieures des individus.

On note également l’importance, pour l’administration d’un pays, d’une institution assez forte pour réguler les procédures et organiser un système suffisamment construit pour que s’établissent les concordances entre administrations et citoyens par l’intermédiaire ou non des politiques. Analysé, du point de vue d’un observateur étranger, le système administratif haïtien sait encore insuffisamment communiquer, expliquer ses objectifs, les cheminements qu’il entend emprunter pour les réaliser, les indicateurs qu’il utilisera pour observer les conditions de réalisation de son action.

Le travail que nous entreprenons suppose à mon sens une constance et une grande rigueur pour aider nos collègues haïtiens à se glisser dans la peau de « serviteurs du service public ». Ils ont besoin de travailler en binôme pour observer nos réactions et discuter de nos préconisations.

C’est en ce sens que je pense, pour ma part, que l’aide internationale ne peut se limiter à des rapports d’experts, si experts qu’ils soient, mais qu’il y a un fort besoin d’accompagnement.

Ceci suppose la durée, et paradoxalement, ce sont plutôt les retraités de l’administration qui en disposent que nos collègues encore en activité, dont on peut penser que le nombre ne fera que décroître dans le futur, rendant encore plus difficile leur implication dans des actions internationales.

V.INTERVENTION D’Eric FAVEY, secrétaire général adjoint de la Ligue de l’enseignement, délégué à l’enseignement, la culture et la société de l’information

Eric Favey a participé à notre assemblée générale pour exprimer l’intérêt que porte son organisation aux actions de l’association IESF.

La Ligue  a une histoire internationale déjà longue puisque sa création se situe au moment où la France mettait en œuvre « une colonisation républicaine » et que se pratiquait plutôt « l’exportation » vers les territoires coloniaux, des institutions nationales et des organismes qui s’y sont agrégés. La Ligue fête ses 150 ans.

L’enjeu commun des deux associations, c’est la cause universelle de l’éducation qui a besoin d’être à longueur de temps développée.  La Ligue  et IESF sont interdépendantes dans la mesure où ce sont les enjeux éducatifs qui les unissent. C’est en ce sens que  La Ligue  a accueilli avec satisfaction l’adhésion d’IESF à l’organisation.

Le problème de l’ouverture au monde de l’école et des acteurs de l’éducation est essentiel car la singularité de l’école, des enseignants par comparaison avec beaucoup d’autres institutions, c’est la demande universelle qui est exprimée par de nombreux pays et leurs habitants. L’avenir des systèmes éducatifs peut aussi passer par nos compétences croisées.

Eric Favey demande à David LOPEZ, responsable à  La Ligue  des actions internationales auprès d’Anne-Marie Houillon,  de préciser les projets actuels de l’organisation. Celui-ci fait observer que c’est plutôt du côté de l’Europe que du côté international tous azimuts que s’oriente la politique de  La Ligue.

L’aspect européen a été renforcé dans les domaines de l’éducation, de l’action sociale, de la citoyenneté. Il existe, dans la mouvance, plusieurs plateformes comme SOLIDAR, plateforme inter associative, agissant dans le champ de l’action sociale, de l’éducation et de la solidarité internationale. La Ligue est membre du bureau de SOLIDAR.

En 2005 a été créée une plateforme inter associative européenne de la société civile pour l’éducation  et la formation tout au long de la vie dont David Lopez est le président. On y trouve, au sein de 35 réseaux, l’éducation, la formation professionnelle, l’insertion, l’apprentissage, les associations étudiantes, les réseaux d’adultes etc. Les universités y ont adhéré pour l’aspect formation continue de leur action.

Il cite encore le FORUM CIVIQUE EUROPEEN, regroupant 120 associations, qui a la particularité de partir du citoyen pour mettre en évidence les problèmes à prendre en compte. Trois réseaux agissent notamment pour l’accessibilité à l’éducation et interviennent auprès de la Commission sur le thème de « l’open education ».

Enfin, il cite « SOLIDARITE LAÏQUE » qui participe à l’action de solidarité internationale de La Ligue.

Des demandes existent concernant le Maroc et l’Afrique de l’Ouest et le développement de l’éducation passe par les réseaux de « La Ligue Internationale » dans 5 pays de l’Afrique de l’Ouest : Sénégal, Bénin, Burkina Faso, Mali et Niger.

Au Maroc, les actions concernent le soutien à la jeunesse marocaine, l’insertion sociale et professionnelle, l’éducation populaire et le développement local, l’entreprenariat. L’animation socio –culturelle comme la méthode de gouvernance dans l’Education nationale pourraient être envisagées. Des interventions en Tunisie sont également possibles.

Robert JAMMES précise qu’il a la responsabilité du comité laïcité et du comité « éducation pour tous » ainsi que du comité « Culture Numérique » qui ouvre sur des apprentissages en matière de citoyenneté.

VI. RAPPORT FINANCIER ET APPROBATION DES COMPTES DE L’ASSOCIATION POUR 2013

Sur la base du rapport de Jean-Claude RAVAT, trésorier de l’association, la situation financière de l’association est examinée. Les comptes de l’association sont équilibrés et un léger excédent dégagé en gestion sera versé aux réserves (Voir annexe 2).

L’assemblée générale adopte le rapport du trésorier et lui donne quitus de sa gestion pour l’année 2013.

VI. QUESTIONS DIVERSES

La question de la relation à entretenir avec le Conseil National des Programmes et avec l’IGEN est posée. La Présidente sollicitera un rendez-vous auprès du président du CNP et du doyen de l’IGEN.

Il est souligné que l’école, en France comme ailleurs, est construite par référence à la culture nationale, sans qu’elle invite à porter le regard vers d’autres endroits que ceux du pays ou de ses proches voisins. Cette situation explique sans doute la difficulté à faire prendre en compte la vision internationale.

André HUSSENET et Jean METGE prolongeant un débat précédent rappellent que le colonialisme s’est trouvé transféré par la coopération, propos que d’autres membres de l’association modèrent, considérant que les choses se sont plutôt améliorées dans le respect des contextes particuliers.

Cependant Jean-Claude Ravat déclare que la France n’a toujours pas su se placer dans la concurrence internationale en matière d’éducation, comme les anglo-saxons savent si bien le faire.

Il est avancé l’idée qu’IESF pourrait réfléchir à l’élaboration d’une charte de bonne conduite en matière de coopération éducative.