Algérie_GIZ_Employabilité

Posté le Samedi 18 Janvier 2020 à 12:20 par JacquesPerrin (196 lectures)

GOPA consultants,(partenaire d'IESF) est en train de préparer une réponse à un appel d’offre financé par la GIZ intitulé « Améliorer l'employabilité des diplômés de l'enseignement professionnel et universitaire en Algérie - Renforcer les compétences clés liées à l'emploi des élèves et étudiants de l'enseignement professionnel ». Nous devons, entre autres, identifier des experts nationaux et internationaux pour l’exécution du dit projet d’une durée de 27 mois qui devra démarrer au mois de Juillet 2020 (Voir les termes de références en annexe).

L’équipe d’expert à identifier est la suivante (voir le profil au niveau du point 4  des TdR) :

  • Chef d'équipe et responsable du résultat 3 qui vise à renforcer les compétences des jeunes afin de mieux s'orienter sur le marché du travail : Expert international de longue durée. 
  • Travailleur qualifié national de longue durée pour le Résultat 3.
  • Un pool d’experts court terme (4 nationaux et 6 internationaux) dans l’un (ou les) des domaines suivants :
    • La promotion de l'emploi dans le domaine de l'enseignement professionnel et/ou supérieur
    • Les approches pédagogiques numériques
    • La formation aux compétences relationnelles et/ou l'orientation professionnelle
    • Le développement et la mise en œuvre de formats éducatifs numériques          
    • L’enseignement novateur axé sur la pratique
    • L'enseignement supérieur orienté vers la pratique
    • Le développement et l'adaptation de programmes de formation professionnelle dans les métiers de la construction et de l'industrie avec une pertinence pour l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie
    • La formation et/ou le perfectionnement d'enseignants pour des cours de construction et de génie industriel ou de génie de la production ou de génie industriel en rapport avec l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie dans l'enseignement supérieur
    • La conduite de séjours d'études

NB : les honoraires proposés aux personnes intéressées par l’un des postes seront en conformité avec le cadre financier des projets financés par la GIZ.

ContactAssia EL GUEDOUI

Business Support Manager chez GOPA Consultants
Butte des Deux Bassins (Résidence Sahraoui).

Bt 18B, Oued Romane. 16104 El Achour – Alger / Algérie

Téléphone voip :    +49 (0) 6172 681 783

Mobile Algérie :      +213 (0) 558 79 12 81

Email: assia.el-guedoui@gopa.de 

Informer IESF de votre contact. contact@iesf-asso.org

Améliorer l'employabilité des diplômés de l'enseignement professionnel et universitaire en Algérie - Renforcer les compétences clés liées à l'emploi des élèves et étudiants de l'enseignement professionnel

  1. Contexte

Situation initiale

Situation initiale dans le domaine d'intervention : Depuis le début du millénaire, l'Algérie connaît un développement socioéconomique positif, mais est confronté à d'importants défis financiers, économiques et sociaux, notamment en raison de la chute des prix du pétrole. Placements dans l'infrastructure continue d'être financée par les revenus de l'industrie pétrolière et gazière financé. Cependant, cette dépendance signifie que l'économie reste fragile et diversifiée. La chute des prix du pétrole a entraîné une crise économique et budgétaire qui a été contenue par des programmes d'épargne et d'augmentation des impôts. Sponsorisé par l'Etat, les services de base n'ont pas été touchés afin de maintenir la stabilité sociale.

Les efforts d'industrialisation et d'investissement n'ont pas permis jusqu'à présent de créer une économie à forte intensité d'emploi. Le climat d'investissement et le niveau élevé de bureaucratie.

Obstacles et incertitudes pour le démarrage d'une entreprise (dans le Doing Business Ranking 2018 de la Banque Mondiale, l'Algérie se classe 166ème sur 190) ne contribuent pas à la création des possibilités d'emploi pour la jeune société dont 62% de la population en âge de travailler. Le taux de chômage au niveau national est de 11,1%. Les jeunes sont particulièrement touchés par le chômage, à 29,9 %, et les femmes, à 19,5 %, 72,2 % des chômeurs sont des chômeurs de longue durée. Plus le niveau d'éducation est élevé, plus le sont les chances de trouver un emploi. Ces données illustrent la dimension structurelle chômage en Algérie. 61,1 % de la main-d'œuvre est employée dans les secteurs du commerce et des services, suivi par le secteur de la construction avec 16,8 %, l'industrie 13 % et l'agriculture 8,7 %. L'emploi dans le secteur public reste important avec 42 % de la main-d'œuvre, notamment pour les femmes : 64,1 % des employés du secteur public sont des femmes.

Afin de maintenir la paix sociale et de donner aux jeunes des perspectives différentes, le gouvernement utilise non seulement les instruments de la politique du marché du travail pour promouvoir la création d'entreprises, mais aussi pour développer le secteur de l'enseignement supérieur, notamment en augmentant le nombre d'étudiants et en développant l'enseignement universitaire dans tout le pays. Actuellement, environ 2 millions d'étudiants sont inscrits dans des programmes d'études universitaires.

Par conséquent, il y a 250 000 à 300 000 diplômés universitaires par an sur le marché du travail - un chiffre que le marché du travail ne peut pas absorber. Cependant, l’employabilité des diplômés de l'université est fortement limitée, car les offres n'ont pas de lien pertinent avec le marché du travail et le chômage parmi eux est donc élevé : 16,8 % des diplômés universitaires ne trouvent pas d'emploi après l'obtention de leur diplôme. Le travail. La majorité des étudiants sont des femmes (62,5 % en 2017) ; elles contrastent avec 23 % des 10 % des diplômés masculins sont particulièrement touchés par le chômage après l'étude est affectée. 71 % des diplômés universitaires au chômage sont des femmes.

L'offre de formation professionnelle comprend environ 700 000 places dans 1 255 établissements de formation professionnelle dans tout le pays. La formation professionnelle n'est pas une option pour de nombreux jeunes pour des raisons traditionnelles et familiales, car la formation professionnelle a une faible réputation sociale. Seuls 8,3 % des jeunes en âge de fréquenter l'école secondaire sont en formation professionnelle enregistré. Un changement d'image se dessine actuellement, qui est probablement lié aux possibilités d'emploi un peu meilleures pour les diplômés de l'enseignement professionnel : : 12,8 % des diplômés des écoles professionnelles sont au chômage. Néanmoins, même les offres de formation professionnelle sont trop théoriques et les contenus proposés ne répondent pas aux exigences actuelles et futures du marché du travail.

Il existe un potentiel dans les différentes mesures de politique du marché du travail que le gouvernement a prises pour lutter contre le chômage élevé dans le cadre de la politique nationale de l'emploi. Les plus importantes sont la création de l'Agence nationale pour l'emploi des jeunes (ANSEJ), qui accorde des prêts pour la création d'entreprises, principalement aux diplômés de l'université et des écoles professionnelles, et la Caisse nationale d'assurance-chômage (CNAC), qui accorde également des prêts pour la création de microentreprises. Le plan quinquennal 2015-2019 du gouvernement offre également la possibilité sur l'enseignement et la formation professionnels. Celles-ci se concentrent sur le Renforcer la coopération avec le monde des affaires, améliorer la qualité et accroître l'orientation vers le marché du travail des possibilités de formation professionnelle. Un autre potentiel existe dans la nouvelle l'orientation stratégique du MEFP, en alternant l'ensemble de la formation professionnelle sur le long terme à concevoir : Le contexte est la réalisation qu'avec une part de 80 % de l'apprentissage l'employabilité des diplômés est meilleure dans l'entreprise que si les apprendre principalement à l'école professionnelle. La création d'unités de soutien de l'esprit d'entreprise et pour la coopération avec les entreprises de certaines universités de la pays (p. ex. Tlemcen et Oran) ainsi que les premières approches des offres en matière d'orientation professionnelle sont également des approches positives et démontrent l'urgence d’une réforme de l'offre éducative et l'amélioration de la transition vers le marché du travail que vous avez reconnu.

Description du module TZ

Dérivation de l'objectif du module : En raison du manque d'orientation pratique et du marché du travail de cours d'écoles professionnelles et d'universités ainsi que le manque de placement de (non technique et non techniques) pour une meilleure transition vers L'emploi est l'employabilité des diplômés des écoles professionnelles et des universités/ restreint à l'interne (problème fondamental). L'objectif du module est donc : l'employabilité de diplômés d'écoles professionnelles et d'universités dans des domaines professionnels sélectionnés amélioré.

Pour une amélioration durable de l'employabilité des diplômés de l'enseignement professionnel et universitaire/sur le plan interne, il est nécessaire de procéder à un changement structurel et systémique de l'offre d'éducation pour l'orienter davantage vers la pratique et le marché du travail, ce qui ne peut être réalisé que par une étroite la coordination et la coopération avec les employeurs peuvent être réalisées. L'établissement et la mise en œuvre de mécanismes de coordination entre les ministères responsables de l'enseignement professionnel et supérieur et le monde des affaires fourniront pour la première fois une base structurée pour l'élaboration de programmes de qualification et de formation et les exigences de compétence des entreprises pour des professions choisies du bâtiment et de l'industrie. Par la suite, des stratégies sont développées pour adapter les offres à ces besoins (Résultat 1).

Le résultat 2 vise à développer des programmes de formation et de perfectionnement pour des professions choisies en fonction des besoins exprimés par les entreprises réforme. En intégrant des sujets et des compétences "verts" (environnement, efficacité énergétique et gestion de l'énergie) dans les programmes de formation ou d'études existants, les diplômés seront mieux préparés aux besoins actuels et futurs de l'industrie et l'industrie de la construction est préparée. En développant des formations continues spéciales axées sur la pratique, les diplômés peuvent acquérir des compétences pratiques en un temps plus court et augmenter leurs possibilités d'emploi. En outre, le développement de compétences axées sur le marché du travail et la pratique chez les enseignants permet de mieux préparer les étudiants et les élèves à la réalité du marché du travail, ce qui augmente leurs chances d'emploi.

Outre le développement de compétences professionnelles et techniques qualitativement meilleures chez les diplômés, le résultat 3 vise à renforcer les compétences des jeunes afin de mieux s'orienter sur le marché du travail, de mieux se présenter aux employeurs potentiels, de trouver des stages avec succès et de marquer des points dans la recherche d'un emploi grâce à d'autres compétences non techniques de nature générique (par exemple, compétences en français, compétences numériques). A cet effet, les compétences des conseillers et des enseignants responsables de l'orientation et de l'entrepreneuriat dans les écoles professionnelles et les universités sont perfectionnées et de nouvelles approches et de nouveaux concepts des thèmes mentionnés ci-dessus sont développés. En développant ces compétences clés liées à l'emploi, les jeunes augmentent leurs chances de trouver et d'occuper un emploi.

Autres informations importantes :

La situation politique actuelle en Algérie est incertaine. Il n'est pas clair, à ce stade, quand les élections présidentielles auront lieu et comment le gouvernement de transition agira. Les protestations pacifiques de la population jusqu'à présent vont probablement se poursuivre, mais il est difficile d'évaluer si elles pourraient s'intensifier. Donc, à l'heure actuelle l'incertitude quant à l'existence de retards dans les décisions politiques du côté des partenaires et avec quels effets sur la planification et la réalisation des activités du projet est à prévoir. Entre-temps, le BMZ a passé la commande et une autorisation exceptionnelle a été accordée au début de la mise en œuvre avant la conclusion de l'accord de projet. Il n'y a donc plus de risque en ce qui concerne la couverture du projet.

  1. Tâches pour les entrepreneurs (AN)

L'entrepreneur doit assumer les sous-tâches et les ensembles de travaux suivants dans le cadre du projet global :

Le AN est responsable de la mise en œuvre et de la réalisation du produit 3. De plus, AN est responsable de la fourniture et de l'utilisation d'un pool KZE pour le résultat 2.

L'AN est responsable de la réalisation du résultat 3 décrit dans le tableau suivant, la réalisation les indicateurs associés, la contribution à la réalisation des indicateurs objectifs du module et voici les principales activités mentionnées ci-dessous :

Responsable de la mise en œuvre et de l'accomplissement de :

Responsable de la mise en œuvre et de l'accomplissement de :

Responsable de la mise en œuvre des activités essentielles :

Résultat 3

L'éventail des cours proposés pour renforcer les compétences clés liées à l'emploi d'étudiants, d'élèves d'écoles professionnelles et les diplômés d'écoles professionnelles et d'universités au chômage, en particulier des femmes, est améliorée.

Résultat 3, indicateur 3.1

4 nouveaux cours, dont 2 pour la promotion des femmes, visant à renforcer les compétences clés liées à l'emploi des élèves des écoles professionnelles, des étudiants et des diplômés d'écoles professionnelles et d'universités au chômage sont proposés dans des écoles professionnelles et des universités sélectionnées, en collaboration avec les entreprises.

Valeur de base : 0

Valeur cible : 4 cours, dont 2 pour les femmes

  • Conseils sur l'élaboration de nouveaux cours, y compris des cours d'apprentissage en ligne, sur le renforcement de la politique de l'emploi ; Compétences en coopération avec les entreprises ;
  • Développement de cours de formation spécialement destinés aux femmes ;
  • Consultation lors de l'établissement et la publicité des offres à des clients sélectionnés
  • Universités et Les écoles professionnelles en coopération avec les entreprises ; formation complémentaire du personnel des unités responsables pour la transition vers l'emploi sur sélectionné
  • Universités et écoles professionnelles en partenariat avec les entreprises des enquêtes de référence, des Surveillance ;

Résultat 3, indicateur 3.2

80 % des 2 000 participants à 4 nouveaux cours, dont 2 pour la promotion des femmes, pour le renforcement de l'emploi

Les compétences clés des élèves des écoles professionnelles, des étudiants et des chômeurs diplômés des écoles professionnelles et des universités confirment que leurs compétences clés liées à l'emploi se sont améliorées sur une échelle de 1 à 5.

Valeur de base : 0

Valeur cible : 80 % de 2 000 participants.

 

Les valeurs de base et de consigne de l'édition

Les indicateurs sont préliminaires. Ils seront

au cours de la première année de mise en œuvre et, le cas échéant, ajusté dans le premier rapport.

Résultat 2

Programmes d'éducation et de formation sélectionnés l’enseignement professionnel et supérieur en rapport avec l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie

sont offerts de manière à être axés sur la pratique et le marché du travail.

Résultat 2, indicateur 2.1

5 programmes à long ou court terme l'enseignement professionnel et supérieur avec pertinence pour l'efficacité énergétique et gestion de l'énergie ont été conjointement développés ou adaptés en coopération avec les entreprises de manière pratique et adaptée au marché du travail.

Valeur de base : 0

Valeur cible : 5 programmes axés sur la pratique et le marché du travail

  • Développement et mise en œuvre de mesures de formation axées sur la pratique pour les enseignants en coopération avec les entreprises.
  • Développement et/ou adaptation
  • Programmes de formation et de perfectionnement de longue ou courte durée en coopération avec les entreprises (développement ou adaptation des programmes d'études)
  • Mise en œuvre du marché du travail
  • et les études de localisation des diplômés

Résultat 2, indicateur 2.2

70 % des 100 enseignants en formation continue des écoles professionnelles, des entreprises et des universités sélectionnées mettent en œuvre un enseignement axé sur la pratique dans les professions relevant de l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie.

Valeur de base : 0

Valeur cible : 70 % des enseignants formés mettent en œuvre un enseignement axé sur la pratique.

Objectif du module

L'employabilité des écoles professionnelles et

Les diplômés universitaires dans certains domaines professionnels sont améliorés.

Indicateur d'objectif du module 1

Les possibilités d'emploi de 30 % des 2 500 bénéficiaires (dont 50 % de femmes) qui ont suivi une ou plusieurs des mesures visant à accroître leur employabilité (formation, perfectionnement, renforcement des compétences clés) sont améliorées 6 mois après la fin de la mesure (par exemple, s'ils ont un emploi salarié, s'ils sont indépendants, s'ils suivent un stage, s'ils recherchent activement un emploi, s'ils suivent une formation professionnelle continue).

Valeur de base : 0 Les activités du produit 3 contribuent à la réalisation de l'objectif du module et des indicateurs 2 et 3 de l'objectif du module

Objectif : 30 % des 2 500 bénéficiaires

(dont 50 % de femmes)

Les activités du produit 3 contribuent à la réalisation de l'objectif du module et des indicateurs 2 et 3 de l'objectif du module

Indicateur d'objectif du module 2

70 % des fonds collectés par le projet Les employeurs confirment, que les compétences de la 2 500 bénéficiaires (dont 50 % de femmes) qui ont une ou plusieurs des Mesures visant à accroître leur employabilité sont passés, afin de répondre aux exigences de l'employeur sur une échelle de 1-5 ont monté d'un cran.

Valeur de base : 0

Valeur cible : 70 % des employeurs Z, X plus 1 pas.

Les valeurs de base et cibles de l'indicateur1 et deux sont préliminaires. Ils seront... vérifiés au cours de la première année de mise en œuvre et dans le cadre du premier rapport ajustée si nécessaire.

 

 

En outre, le pool KZE pour le résultat 2 fourni par le AN soutient la réalisation de l'objectif du résultat 2 et des indicateurs du résultat 2, mais les missions KZE sont planifiées et contrôlées par le responsable de résultat / en 2 (fourni par la GIZ), de sorte que le AN n'est pas responsable de la réalisation de ces indicateurs (les KZE sont des "moyens pour arriver à une fin"). La responsabilité de la réalisation de ces indicateurs incombe au responsable des produits 2.

La tâche comprend également le traitement des interfaces avec les deux autres produits (1 et 2) et la mise en œuvre de la proposition de module dans toutes les parties pertinentes, par exemple, l'approche méthodologique pour le résultat 3 et la gestion des risques qui y sont mentionnés. En particulier, elle comprend également la coopération avec les acteurs concernés dans le cadre de la résultat 3.

Toutes les activités du résultat 3 doivent être étroitement coordonnées avec l'AV et planifiées et mises en œuvre en étroite collaboration avec les institutions partenaires.

Les institutions partenaires du résultat 2 sont les mêmes que celles du résultat 3 et sont sélectionnées au début du projet en étroite consultation avec les ministères responsables. La sélection sera probablement limitée aux institutions de la grande région d'Alger et de la côte.

Il est prévu de conseiller jusqu'à 4 écoles professionnelles et jusqu'à 2 universités. Dans le résultat 3, le groupe cible est constitué de spécialistes de l'orientation professionnelle et/ou du placement (les fonctions varient en partie d'un établissement à l'autre) et tous les élèves des écoles professionnelles et les étudiants des écoles et universités partenaires soutenues, ainsi que les diplômés sans emploi. Les travailleurs qualifiés qui suivent une formation continue spéciale dans les écoles professionnelles peuvent également bénéficier des mesures du projet.

Le résultat 3 se concentre donc sur le conseil aux écoles professionnelles et aux universités partenaires (niveau décentralisé). L'expérience et les résultats des travaux à ce niveau circulent en conseils stratégiques (niveau central) dans le contexte du résultat 1. Le AN est donc s'est engagé à coordonner étroitement toutes les activités avec la VA, y compris les conseils stratégiques dans le contexte du résultat 1. C'est la seule façon de s'assurer qu'il y a un verrouillage entre eux et décentralisé.

Certains jalons doivent être atteints à certaines dates au cours de la période contractuelle, comme le montre le tableau suivant. Elles se rapportent aux activités clés énumérées ci-dessus :

Milestone

Délai estimé

Enquêtes de base réalisées

Jusqu'à quatre mois après l'attribution du contrat

De nouveaux cours ont été élaborés et 1 mis en œuvre.

Jusqu'à cinq mois après l'attribution du contrat

 

2 nouveaux cours ont été réalisés ; et le personnel qualifié formé

Jusqu'à quinze mois après l'attribution du contrat

 

1 nouvelle offre de cours mise en place, études de localisation réalisées

Jusqu'à 27 mois après l'attribution du contrat

 

  1. La conception technique et méthodologique

Introduction

Le développement des capacités décrit le processus d'auto-responsabilité par lequel les gens, Les organisations et les sociétés se mobilisent, s'adaptent et développent leurs capacités, à façonner leur propre développement de manière durable et à s'adapter aux conditions changeantes pour s'adapter. L'appui au renforcement des capacités par les partenaires extérieurs vise à vise à accompagner ce processus et à permettre aux acteurs impliqués de Développer la capacité d'agir et de diriger. Les services d'appui et de conseil le cas échéant, prendre des mesures à différents niveaux d'un pays partenaire et essayer de divers acteurs de l'État, de la société civile et du secteur privé pour impliquer et renforcer.

GIZ utilise le modèle de gestion Capacity WORKS lors de la conception des projets qui lui sont confiés. Par projet, on entend un système de coopération dont les acteurs - par exemple les organisations partenaires et la GIZ - se sont mis d'accord sur les objectifs et les effets. Pour illustrer les différentes perspectives dans la conception ciblée d'un système de coopération, Capacity WORKS travaille avec cinq facteurs de succès: Stratégie, coopération, structure de pilotage, processus ainsi qu'apprentissage et innovation.

Objectifs pour le soumissionnaire

Dans son offre, le soumissionnaire doit décrire comment les objectifs et les effets à atteindre par lui (cf. chapitre 2) doivent être réalisés dans ces perspectives. Ce faisant, il doit se référer aux documents déjà disponibles pour le projet global (voir annexes) et les appliquer à la section dont il est responsable. En outre, il doit décrire la conception de la gestion de projet au sens étroit du terme. Les chevauchements avec les Il faut éviter les documents. La limitation des pages spécifiée doit être respectée (voir chapitre 7).

 

 

  1. Stratégie

Introduction

Le système de coopération est réussi lorsque les partenaires de coopération s'entendent sur un et une stratégie plausible pour atteindre leurs objectifs communs.

La stratégie montre la manière dont les modifications dans le système du partenaire doivent être effectuées. Comme un système est géré par des personnes, des organisations et la société, la stratégie doit également tenir compte des compétences dont elles ont besoin pour apporter les changements souhaités (élément stratégie de renforcement des capacités).

Objectif pour le soumissionnaire

Le soumissionnaire doit interpréter les objectifs dont il est responsable et s'occuper de la tâche en question. Le soumissionnaire doit ensuite décrire et justifier avec quoi stratégie qu'il veut pour atteindre les objectifs et les effets dont il est responsable (voir chapitre 2).

Les spécifications pertinentes de la proposition de module (section 5) et les autres spécifications de la stratégie (voir annexes) doivent être prises en compte. Duplications avec la description de l'approche de mise en œuvre (voir chapitre 3.4) sont à éviter.

Nombre de pages : 3 (DIN A4)

  1. Coopération

Introduction

La confiance et la négociation de formes de coopération appropriées avec des partenaires clairement définis et la clarté des rôles sont la base d'une bonne coopération. Les partenaires de coopération ont certains mandats, capacités et influence, certains intérêts et les attitudes à l'égard des objectifs de changement et de certaines relations formelles ou informelles aux autres joueurs.

Objectif pour le soumissionnaire

Le soumissionnaire doit identifier les parties pertinentes du système de coopération dont il est responsable Représenter les acteurs et décrire leurs interactions. Il devrait fournir un concept pour développer la manière dont la coopération avec ces acteurs devrait être établie et mise en œuvre. Par conséquent sont les spécifications pertinentes de la proposition de module (en particulier la section 4) et (voir les annexes) doivent être prises en compte.

Nombre de pages : 3 (DIN A4)

  1. Structure de gestion

Introduction

Dans les systèmes de coopération, les décisions ne peuvent pas être prises de manière hiérarchique par la direction. Par conséquent, il faut une structure de contrôle qui reflète les accords à ce sujet, la façon dont les décisions pertinentes sont préparées et prises conjointement par les parties concernées.

Ces décisions concernent le niveau stratégique ou opérationnel, la gestion des ressources et des conflits, ainsi que le contrôle et le suivi de la mise en œuvre. La prise en compte de du principe de subsidiarité est particulièrement important pour une structure de pilotage efficace.

Le système de suivi orienté vers les résultats (WoM) d'un projet permet de développer pour surveiller et contrôler de manière efficace et ciblée. Le WoM devrait être utiliser les données disponibles dans le pays partenaire et donc ne pas utiliser de structures parallèles s'accumulent.

Objectif pour le soumissionnaire

Le soumissionnaire doit présenter et expliquer son approche et sa procédure de gestion des mesures avec les partenaires du projet.

Le CO contribue activement au suivi de l'impact du projet. Le Soumissionnaire doit donc décrire sa contribution aux WoM et les défis qu'elle implique.

Nombre de pages : 3 (DIN A4)

  1. Process

Introduction

Les services des partenaires de coopération peuvent être affectés à différents processus communs. Les processus de performance se réfèrent aux objectifs du système de coopération.

Les processus de coopération soutiennent les processus de service par la coordination des différents acteurs. Les processus d'apprentissage sont nécessaires pour que les acteurs puissent s'occuper de la qualité de la prestation de services et apporter les changements nécessaires. Processus de soutien décrire les paquets de tâches qui prennent en charge les autres types de processus.

Les processus de contrôle établissent le cadre juridique, politique et stratégique pour les autres types de processus.

Objectifs pour le soumissionnaire

Le soumissionnaire doit décrire brièvement les processus centraux sous sa responsabilité, éventuellement sur la base des documents existants pour le projet (voir Annexes). Il doit décrire les processus de service de manière suffisamment détaillée pour lui permettre d'établir un plan opérationnel pour la mise en œuvre des mesures énoncées au chapitre 3.1 peut présenter et expliquer la stratégie proposée En particulier, il devrait être capable de décrire les étapes de travail nécessaires, prendre en compte les jalons selon le chapitre 2, les compléter si nécessaire et créer un calendrier. Il devrait également montrer comment les contributions des partenaires dans les la mise en œuvre peut être incluse.

Nombre de pages : 3 (DIN A4)

 

 

  1. Apprentissage et innovation

Introduction

Pour que le système de coopération puisse répondre au changement, il est nécessaire d'apprendre des personnes, des organisations et de la société. L'apprentissage et l'innovation sont basés sur la connaissance. La gestion des connaissances dans un projet ou dans des organisations permet d'identifier et d'obtenir des connaissances pertinentes et fondées sur l'expérience et de les préparer pour plus tard l'échange avec d'autres projets et au sein de l'organisation partenaire.

Au niveau de la société, le scaling-up décrit une stratégie de développement durable consciemment choisie et ciblée. Impulsion sur la manière dont l'expérience et les connaissances peuvent être ancrées et diffusées (large impact).

L'élargissement vertical permet d'institutionnaliser des concepts qui ont déjà été mis en œuvre dans des projets pilotes ont été testés. Dans le cadre de la mise à l'échelle horizontale, le projet pilote a testé Transférer les concepts directement entre des organisations comparables. Avec une Mise à l'échelle des concepts, approches, méthodes, expériences, etc. dans un nouveau contexte transféré.

Objectif pour le soumissionnaire

Le soumissionnaire doit décrire sa contribution à la gestion des connaissances du partenaire et de la GIZ.

Les tâches suivantes doivent être prises en compte : Le contractant se déclare prêt, si nécessaire, à fournir des assistants de projet ou des hospitaliers, qui doivent être formés dans le cadre du programme de perfectionnement des jeunes chercheurs financé séparément par l'AG, pour leur formation et de leur perfectionnement dans le cadre du projet et d'assumer des tâches spéciales pour le projet.

Le CO soutient les personnes suivantes dans la réalisation d'une évaluation de projet en mettant l'accent sur pour assurer une gestion adéquate des connaissances.

Le soumissionnaire doit également prendre des mesures pour promouvoir des projets horizontaux ou verticaux Afficher et expliquer les effets de mise à l'échelle.

Nombre de pages : 2 (DIN A4)

  1. La gestion de projet de l'AN

Objectif pour le soumissionnaire :

  • L'AN est responsable de la sélection, de la préparation, de la formation et du contrôle les experts internationaux et nationaux utilisés pour effectuer les tâches de conseil des experts nationaux à long et à court terme.
  • L'AN doit fournir l'équipement et les produits consommables et assumer la responsabilité de leur fonctionnement et les coûts administratifs.
  • L'AN doit effectuer un contrôle des dépenses et des coûts ainsi qu'une comptabilité et une facturation selon les exigences de l'AG.
  • Le mandataire rembourse régulièrement L'AN conformément à l'AVB de la loi allemande pour la coopération internationale (GIZ) GmbH sur le rapport 2018 :
    • L'AN doit contribuer aux rapports annuels d'étape et aux rapports finaux sur Fin d'une phase du projet (rapport sur l'état d'avancement du produit 3, et Livraison des contributions du contractant pour les indicateurs cibles 1 et 2 du module en allemand et le français
    • Rapport semestriel sur l'état d'avancement du projet en format court (5-7 pages) en allemand et en français
    • L'AN contribue à la recherche de données d'impact agrégées annuelles de GIZ dans le Effets sur l'emploi (voir la contribution du produit 3 à l'indicateur objectif du module 1) en allemand
    • L'AN établit un rapport final en allemand et en français et le soumet au plus tard à la fin de la période du contrat.

Dans son offre, le soumissionnaire doit décrire son approche et sa procédure de coordination avec le projet GIZ.

Le soumissionnaire doit établir et expliquer un plan de déploiement du personnel pour l'ensemble du personnel spécialisé qu'il propose, qui doit comprendre les délais de déploiement (période et mois de spécialisation) et les lieux d'implantation des différents membres de l'équipe et leur assigner les étapes de travail mentionnées au chapitre 3.4.

Le soumissionnaire doit décrire son concept de soutien. Les points de la technique et de l'appui administratif doit être stocké avec des CV courts et informatifs sera.

Les prestations suivantes font partie de l'offre standard de backstopping, qui doivent être fournies conformément au § 5.4 de la GIZ AVB, ils doivent être inclus dans les tarifs d'honoraires pour le personnel proposé, au même titre que les frais de personnel auxiliaire sont :

  • Examen du rendement
  • Contrôle pour s'adapter aux conditions changeantes
  • Assurer la circulation de l'information entre la GIZ et les employés étrangers
  • Responsabilité du contractant en matière de personnel pour les employés expatriés,
  • Contrôle technique et conceptuel de la contribution de conseil orienté vers le processus
  • Sécuriser la gestion administrative du projet
  • Assurer l'établissement de rapports
  • Support technique de l'équipe sur place par les employés du siège social de la société
  • Partage de l'expérience de l'entrepreneur et valorisation sur site

Les services d'appui supplémentaires suivants sont offerts : Le concept d'appui technique devrait comprendre une expertise approfondie dans les domaines suivants: Mesures de la politique active du marché du travail, approches numériques dans le domaine du développement des soft skills et approches numériques de l'éducation

Numéro de page : 4 plus 2 pour les CV des deux backstoppers (DIN A4)

 

 

  1. Autres exigences

Le soumissionnaire doit expliquer comment il entend appliquer l'approche " Do no Harm " dans son domaine de responsabilité mis en œuvre. Il devrait également expliquer comment il promeut les femmes en particulier dans son domaine de responsabilité et met en œuvre les mesures identifiées par le GIZ pour réduire ou éviter les effets négatifs non intentionnels.

Le soumissionnaire devrait expliquer et, dans la mesure du possible, déjà fournir des preuves de la manière dont les ressources nationales (par exemple, les institutions nationales, les partenaires du réseau, les ONG, etc. peut être mis en valeur de façon concrète.

Nombre de pages : 2 (DIN A4)

  1. Concept de personnel

Le soumissionnaire devrait, pour les tâches et les qualifications énumérées ici et en termes de tâches et de qualifications décrit ci-dessus sur la base de CV appropriés (voir chapitre 7).

Les qualifications énumérées ci-dessous répondent aux exigences pour atteindre le nombre maximum de points dans l'évaluation technique.

Chef d'équipe et responsable du résultat 3 : Expert international de longue durée.

Tâches du chef d'équipe

  • Responsabilité globale pour les paquets de consultation du AN (résultat 3)
  • Assurer la cohérence et la complémentarité des services du AN avec les autres services du projet au niveau local et national
  • Conception, mise en œuvre, suivi et évaluation des mesures de renforcement des capacités des partenaires locaux dans les domaines suivants
    • Développement et mise en œuvre d'offres, y compris des offres de formation en ligne, renforcer les compétences liées à l'emploi dans le cadre de la coopération avec les entreprises ;
    • L'élaboration et la mise en œuvre de ces offres, en particulier pour les femmes ;
    • La diffusion et la mise en œuvre des offres dans les universités sélectionnées et des écoles professionnelles en coopération avec les entreprises ;
    • La formation continue du personnel des unités responsables de la transition dans l'emploi dans des universités et des écoles professionnelles sélectionnées en coopération avec les entreprises ;
    • MuE
    • Coopération avec les entreprises
  • Aborder les questions transversales, en particulier l'égalité des sexes
  • Gestion du personnel de l'expert national à long terme,
  • Identifier le besoin d'affectations à court terme dans le cadre du budget disponible et planifier et gérer les affectations
  • Supervision d'experts locaux et internationaux à court terme dans le cadre du produit 3
  • Planification des affectations à court terme dans le résultat 2 en étroite coordination avec le Manager du résultat 2 (GIZ AMA) (Identification et suivi de la KZE dans résultat 2)
  • Assurer le suivi des rapports de l'impact Produit 3 réguliers et opportuns
  • Responsabilité du contrôle de l'utilisation des fonds et de la planification financière Produit 3 en concertation avec le responsable de la commande (AV) chez GIZ
  • Soutien de l'AV dans la mise à jour et/ou l'adaptation du concept du projet, dans les évaluations et dans la préparation d'une phase de suivi et dans la préparation des visites officielles, par exemple en provenance d'Allemagne
  • Les contacts avec d'autres donateurs et organisations dans le même domaine d'intervention du Résultat 3 en coordination avec l'AV
  • Intrants pour la coordination des donateurs de l'AV ; intrants pour conseiller les ministères à l'AV
  • Conseiller les écoles professionnelles et les universités partenaires dans les domaines susmentionnés domaines
  • Mise en réseau avec des institutions partenaires allemandes dans le domaine thématique en concertation avec le projet

Qualifications du chef d'équipe

  • Formation (2.1.1) : Diplôme universitaire (diplôme ou maîtrise) en économie, en éducation ou en administration des affaires ou des sciences sociales, de la pédagogie de la formation professionnelle ou d'un domaine similaire en rapport avec le projet
  • Langue (2.1.2) : Français courant (écrit et parlé) (au niveau C 1) et de très bonnes compétences linguistiques écrites et orales en Allemand (niveau C2), bonnes connaissances de l'anglais (niveau B2)
  • Expérience professionnelle générale (2.1.3) : 8 ans d'expérience professionnelle dans le secteur de la politique du marché du travail et/ou la promotion de l'emploi ou dans le secteur de la formation académique ou professionnelle dans le domaine de la politique du marché du travail
  • Expérience professionnelle spécifique (2.1.4) : 5 ans dans l'élaboration et la mise en œuvre de des mesures de politique active du marché du travail et/ou dans l'élaboration et la mise en œuvre des mesures de promotion de l'emploi, y compris des mesures innovantes et numériques Approche
  • Expérience en leadership/gestion (2.1.5) : 2 ans d'expérience en leadership en tant que chef d'équipe dans les projets ou manager dans les entreprises ou dans la pratique ou dans l'emploi Projets universitaires
  • Expérience régionale (2.1.6) : 2 ans d'expérience dans des projets de coopération au développement dans la région de l'Afrique du Nord
  • Expérience en DC (2.1.7) : 3 ans d'expérience dans des projets en DC
  • Autres (2.1.8) : 3 ans d'expérience professionnelle en gestion financière

Travailleur qualifié 1 (CF 1) : travailleur qualifié national de longue durée pour le Résultat 3

Tâches de la personne qualifiée 1

  • Soutien de la direction de l'équipe/gestion des résultats dans toutes les tâches :
    • Développement et mise en œuvre d'offres, y compris des offres de formation en ligne, renforcer les compétences liées à l'emploi dans le cadre de la coopération avec les entreprises ;
    • L'élaboration et la mise en œuvre de ces offres, en particulier pour les femmes ;
    • La diffusion des offres dans des universités et des écoles professionnelles sélectionnées en coopération avec les entreprises ;
    • La formation du personnel des unités responsables de la transition dans l'emploi dans des universités et des écoles professionnelles sélectionnées en coopération avec les entreprises ;
    • MuE
    • Coopération avec les entreprises
  • Concentration des tâches dans les domaines suivants :
    • Conseil aux écoles professionnelles et aux universités partenaires dans le domaine de la coopération avec les entreprises, de la formation aux compétences non techniques, de la promotion des femmes dans la transition vers l'emploi
    • Suivi de l'impact du produit
    • Approches numériques dans le domaine de l'orientation professionnelle, du développement des compétences non techniques, etc.
  • Soutien à la préparation de visites officielles, par exemple de la part du DEU
  • Soutien à l'élaboration et à la diffusion de matériels pédagogiques axés sur la pratique (y compris l'apprentissage en ligne)

Qualifications du travailleur qualifié national de longue durée

  • Formation (2.2.1) : Diplôme universitaire (diplôme ou maîtrise) en économie, en éducation ou en administration des affaires ou des sciences sociales ou un diplôme similaire en rapport avec la tâche à accomplir.
  • Langue (2.2.2) : affaires courantes en français (C 2) et en arabe (C 1) écrits et parlés et bonne connaissance de l'anglais (B2)
  • Expérience professionnelle générale (2.2.3) : 5 ans d'expérience professionnelle dans le secteur de la politique du marché du travail et/ou de la promotion de l'emploi
  • Expérience professionnelle spécifique (2.2.4) : 3 ans dans l'élaboration et la mise en œuvre de mesures de politique active du marché du travail et/ou dans l'élaboration et la mise en œuvre de des mesures de promotion de l'emploi liées à l'enseignement supérieur ou secteur de la formation professionnelle
  • Expérience en leadership/gestion (2.2.5) : --
  • Expérience régionale (2.2.6) : 2 ans d'expérience dans des projets dans la région MENA, dont 1 an de projets en Algérie
  • Expérience en DC (2.2.7) : 2 ans d'expérience dans des projets en DC
  • Autres (2.2.8) : 3 ans d'expérience professionnelle dans ou avec le secteur privé

Compétences relationnelles des membres de l'équipe

En plus de leurs qualifications professionnelles, les membres de l'équipe devraient également posséder les qualifications suivantes même s'ils ne sont pas pris en compte dans le schéma d'évaluation :

  • L'esprit d'équipe
  • Propre initiative
  • Aptitudes à la communication
  • Compétence socioculturelle
  • Sensibilité politique
  • Une action efficace, orientée vers les partenaires et les clients
  • Pensée interdisciplinaire
  • Ouverture aux approches novatrices (par exemple, les approches numériques)
  • Orientation pratique (c'est-à-dire pas d'orientation purement académique ou théorique)

KZE-Pool 1 pour le résultat 3 avec 5 KZE composé de 3 KZE internationaux et 2 KZE nationaux

Dans sa combinaison de KZE (experts court termes) internationales et nationales, le pool 1 des experts devrait couvrir les tâches suivantes.

Tâches du pool KZE 1 :

  • Développement et mise en œuvre de formations adaptées aux compétences non techniques basées sur l'expérience et les besoins locaux existants
  • Développement et mise en œuvre de formats numériques pour le développement de compétences clés liées à l'emploi, par exemple des cours d'apprentissage en ligne, l'orientation professionnelle, le développement de services spécifiquement destinés aux femmes, etc.
  • Formation continue du personnel enseignant et de conseil dans les écoles professionnelles et les universités dans le domaine de l'orientation professionnelle, des TIC
  • Réalisation d'études de localisation

Qualifications du pool KZE 1 :

  • Formation (2.6.1) : Tous les experts doivent être titulaires d'un diplôme universitaire (diplôme ou maîtrise) en Sciences économiques ou sociales ou sciences de l'éducation ou ayant un diplôme universitaire ou une formation comparable en rapport avec les tâches dans le domaine
  • Langue (2.6.2) : Tous les experts ayant de très bonnes compétences linguistiques en français (C2), tous les experts ayant de bonnes compétences linguistiques en anglais (au niveau B2)
  • Expérience professionnelle générale (2.6.3) :
    • 3 experts ayant 10 ans d'expérience professionnelle dans des projets de promotion de l'emploi dans le domaine de l'enseignement professionnel et/ou supérieur,
    • 1 expert avec 4 ans d'expérience professionnelle dans le secteur des approches pédagogiques numériques
  • Expérience professionnelle spécifique (2.6.4) :
    • 3 FK avec 8 ans d'expérience professionnelle chacun dans la formation aux compétences relationnelles et/ou l'orientation professionnelle
    • 1 FK avec 4 ans d'expérience professionnelle dans le développement et la mise en œuvre de formats éducatifs numériques
  • Expérience régionale (2.6.5) : 3 experts avec 5 ans d'expérience chacun dans la région MENA et/ou Moyen-Orient, 1 expert avec 3 ans d'expérience en Afrique du Nord
  • Expérience dans la coopération au développement (2.6.6) : 2 experts avec 5 ans d'expérience dans la coopération au développement chacune
  • Autres (2.6.7) : Tous les experts ayant deux ans d'expérience professionnelle dans ou avec le secteur privé ou dans des établissements d'enseignement novateurs axés sur la pratique

Le soumissionnaire doit fournir une affectation de tous les KZE offerts aux qualifications respectives et le présenter clairement.

KZE-Pool 2 pour la résultat 2 avec 5 KZE comprenant 3 KZE internationaux et 2 KZE nationaux

Dans sa combinaison de KZE internationales et nationales, le Pool 2 KZE est destiné à couvrir les tâches suivantes.

Tâches du pool KZE 2 :

  • Développement et mise en œuvre d'une formation technique et didactique orientée vers la pratique Formation en cours d'emploi pour les enseignants des professions de la construction et de l'industrie avec pertinence pour l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie dans les écoles professionnelles et les universités en collaboration avec les entreprises
  • L'élaboration et/ou l'adaptation de programmes de formation à long et à court terme la formation professionnelle et l'enseignement supérieur en collaboration avec les entreprises
  • Réalisation d'études sur le marché du travail et d'études sur le lieu de résidence des diplômés

Qualifications du pool KZE 2 :

  • Éducation (2.7.1) : Tous les experts doivent être titulaires d'un diplôme universitaire (diplôme ou maîtrise) ou d'une formation similaire en économie, sciences sociales ou éducation, enseignement professionnel ou similaire. Disciplines, sciences de l'ingénierie avec Référence à l'éventail des sujets
  • Langue (2.7.2) :
    • 4 experts avec une très bonne connaissance du français (au niveau C1),
    • Tous les experts ayant de bonnes compétences linguistiques en anglais (au niveau B2)
  • Expérience professionnelle générale (2.7.3) :
    • 2 experts avec 8 ans d'expérience professionnelle dans le secteur de la formation professionnelle,
    • 2 experts avec 8 ans d'expérience professionnelle dans l'enseignement supérieur orienté vers la pratique chacun
  • Expérience professionnelle spécifique (2.7.4) :
    • 2 experts avec 8 ans d'expérience professionnelle chacun dans le développement et l'adaptation de programmes de formation professionnelle dans les métiers de la construction et de l'industrie avec une pertinence pour l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie
    • 1 expert avec 8 ans d'expérience professionnelle dans l'élaboration ou l'adaptation de programmes d'études supérieures dans le domaine de la construction et de l'industrie avec une pertinence pour l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie,
    • 1 expert avec 8 ans d'expérience professionnelle dans la formation et/ou le perfectionnement d'enseignants pour des cours de construction et de génie industriel ou de génie de la production ou de génie industriel en rapport avec l'efficacité énergétique et la gestion de l'énergie dans l'enseignement supérieur,
    • 1 expert avec 2 ans d'expérience professionnelle dans la conduite de séjours d'études des diplômés
  • Expérience régionale (2.7.5) : 2 experts ayant chacun 5 ans d'expérience dans la région MENA et au Moyen-Orient
  • Expérience de la coopération au développement (2.7.6) : 2 experts avec 4 ans d'expérience de la coopération au développement chacune
  • Autres (2.7.7) : 4 experts ayant chacun 2 ans d'expérience professionnelle dans la coopération avec ou dans le secteur privé