IECD, Madagascar

Posté le Mercredi 14 Août 2019 à 11:55 par JacquesPerrin (101 lectures)

L'institut européen de coopération et de développement recherche deux expert pour l'évaluation de son programme SESAME  de Soutien aux Etudes Supérieures et Accès à un Métier porteur à Madagascar.

Récemment, le retrait annoncé du partenaire financier historique de SESAME a mis en question la capacité de l’IECD à trouver les financements nécessaires et a mené à des réflexions sur le coût du programme (En moyenne 3000 €/ jeune/an) et son modèle économique (Donations privées).
En effet, lorsque l’on met en tension le coût croissant du programme (effectifs en augmentation) avec les financements acquis à ce jour qui s’annoncent en diminution, des questions sur l’efficience de SESAME émergent et méritent d’être adressées pour en assurer la pérennité. Il y a ainsi une réflexion à mener sur l’efficience du programme, c’est-à-dire le rapport entre d’un côté le coût du programme, et de l’autre son impact et sa qualité.
A ce moment crucial du programme, l’IECD ressent le besoin de se faire accompagner dans sa réflexion et souhaite organiser pour cela une mission de conseil en Octobre 2019.
L'objectif de la mission est double :
1. Objectif 1 : Apporter des éléments de réflexion et d’évaluation qualitative d’une part du dispositif de suivi des étudiants en année préparatoire et d’autre part du dispositif équivalent dans le supérieur.
2. Objectif 2 : Concevoir une analyse organisationnelle et financière afin de soulever les points d’attention et axes d’amélioration du pilotage du programme. Il s’agit de modéliser une manière moins couteuse d'atteindre l’objectif de SESAME en conservant son ambition globale et sa qualité mais en optimisant son efficience.

Cette mission sera donc à réaliser par un ou deux chargé(s) de mission selon les compétences de ce(s) dernier(s).
o Le premier objectif de la mission requiert une expertise éducation (pédagogie incluse) et le deuxième une expérience avérée en gestion financière et organisation.
o Dans le cas où deux experts seraient retenus, ils devront travailler en étroite collaboration pour garantir la cohérence de leurs recommandations.

L’IECD est un organisme de solidarité internationale créé en 1988 qui met en oeuvre des projets de développement socioéconomique en partenariat avec des institutions locales. L’IECD intervient en particulier dans les domaines de la formation et de l’insertion professionnelle, de l’appui aux très petites entreprises et de l’accès à l’éducation et à la santé pour les personnes les plus vulnérables.
L’IECD opère dans 15 pays, 4 zones géographiques (Moyen Orient et Afrique du Nord, Afrique subsaharienne, Madagascar et Asie du Sud-Est) et sur 8 programmes déployés sur 45 projets permettant d’agir auprès de plus de 50 000 bénéficiaires.
Son savoir-faire s’exprime notamment dans le domaine de l’éducation, à travers des projet de lutte contre la déscolarisation et d’accompagnement à l’orientation scolaire et à l’insertion professionnelle de jeunes vulnérables à Madagascar, au Liban et en Palestine.
 

2. Présentation du projet

Depuis 2013, l’IECD et l’association malgache PROMES soutiennent et accompagnent les étudiants malgaches à fort potentiel jusqu’à leur insertion socio-professionnelle afin de favoriser l’émergence de cadres issus de milieux sociaux défavorisés.
SESAME est un programme éducatif de qualité, qui accompagne aujourd’hui 310 jeunes dans d’excellentes conditions de vie et d’études. Le programme est un dispositif de préparation et de suivi dans les études supérieures. Il soutient les bacheliers motivés qui rencontrent des difficultés matérielles ou personnelles : celles-ci peuvent être liées à une origine modeste, un éloignement de la capitale ou encore une formation personnelle insuffisante pour choisir son orientation et se préparer à la complexité de la vie étudiante et urbaine.
Pour atteindre cet objectif, SESAME propose aux étudiants une Année préparatoire (AP) sur son campus d’Antananarivo inauguré en 2016. Le programme comprend des enseignements scolaires de remise à niveau, ainsi que des parcours de développement personnel. En fin d’Année préparatoire, l’étudiant présente son « projet de vie » devant un jury et passe ses examens. 100% des étudiants d’AP des trois premières promotions SESAME ont intégré un établissement supérieur renommé à Antananarivo ou à Antsirabe.
Pendant leurs études supérieures, les jeunes sont suivis par des éducateurs référents et bénéficient de conseils en orientation scolaire et professionnelle. Ils vivent dans des foyers et reçoivent une bourse qui couvre leurs frais de scolarité, tandis que les « frais de vie » restent à la charge de leur famille.
Ainsi, en 2017, 100% des 100 élèves ayant bénéficié de l’AP ont été admis dans les 6 meilleurs lycées de Fianarantsoa.
L’équipe dédiée est nombreuse, afin d’englober toutes les dimensions de la vie des étudiants sélectionnés (académique, sociale, éducative, personnelle…) et d’offrir un service performant (financier, partenarial, pédagogique…).

Récemment, le retrait annoncé du partenaire financier historique de SESAME a mis en question la capacité de l’IECD à trouver les financements nécessaires et a mené à des réflexions sur le coût du programme (En moyenne 3000 €/ jeune/an) et son modèle économique (Donations privées).
En effet, lorsque l’on met en tension le coût croissant du programme (effectifs en augmentation) avec les financements acquis à ce jour qui s’annoncent en diminution, des questions sur l’efficience de SESAME émergent et méritent d’être adressées pour en assurer la pérennité. Il y a ainsi une réflexion à mener sur l’efficience du programme, c’est-à-dire le rapport entre d’un côté le coût du programme, et de l’autre son impact et sa qualité.
A ce moment crucial du programme, l’IECD ressent le besoin de se faire accompagner dans sa réflexion et souhaite organiser pour cela une mission de conseil en Octobre 2019.
L'objectif de la mission est double :
1. Objectif 1 : Apporter des éléments de réflexion et d’évaluation qualitative d’une part du dispositif de suivi des étudiants en année préparatoire et d’autre part du dispositif équivalent dans le supérieur.
2. Objectif 2 : Concevoir une analyse organisationnelle et financière afin de soulever les points d’attention et axes d’amélioration du pilotage du programme. Il s’agit de modéliser une manière moins couteuse d'atteindre l’objectif de SESAME en conservant son ambition globale et sa qualité mais en optimisant son efficience.
Cette mission sera donc à réaliser par un ou deux chargé(s) de mission selon les compétences de ce(s) dernier(s).
o Le premier objectif de la mission requiert une expertise éducation (pédagogie incluse) et le deuxième une expérience avérée en gestion financière et organisation.
o Dans le cas où deux experts seraient retenus, ils devront travailler en étroite collaboration pour garantir la cohérence de leurs recommandations.

4.Méthode de l’évaluation

Le(s) chargé(es) de mission devront notamment :
• Rassembler et consulter toutes les informations et tous les documents relatifs au programme SESAME, et étudier le cadre logique de l’intervention (finalité, objectifs spécifiques, réalisations, indicateurs de suivi et hypothèses critiques) de manière à en acquérir une bonne connaissance. Les documents à consulter seront disponibles sous forme électronique et au siège de l’IECD à Paris.
• Conduire des entretiens avec les personnes impliquées ou ayant été impliquées dans la conception, la mise en oeuvre et la supervision du projet, au siège de l’IECD à Paris et à Madagascar.
• A partir des constats et des informations disponibles, estimer la performance du projet et formuler des recommandations pour son optimisation.

4.1 Etude préalable

L’évaluateur prendra connaissance du projet à partir d’une recherche bibliographique et plus particulièrement des documents suivants : budget, cadre logique, rapports narratifs et financiers périodiques, contenus des parcours de formation... Il complètera son étude préalable par un travail au contact de l’équipe de coordination à Paris.

4.2 Enquête sur le terrain

L’évaluateur se rendra à Tananarive pour observer les méthodes pédagogiques et/ou organisationnelles et financières pratiquées sur le terrain et le fonctionnement des équipes du projet. Il aura toute latitude pour questionner les collaborateurs et observer les activités.
L’évaluateur devra aussi rencontrer les bénéficiaires afin d’évaluer l’effet réel du projet sur le terrain.

4.3 Analyse

L’évaluateur confrontera ses observations (activités effectuées, résultats obtenus) avec les objectifs fixés. Il présentera dans un rapport d’évaluation les écarts constatés pour chaque activité entre les faits observés sur le terrain et les objectifs fixés.
En particulier, il évaluera :
- La stratégie choisie pour le projet au regard des besoins et opportunités observés ;
- La mise en oeuvre et le degré de réalisation des résultats prévus ;
- Les effets sur la population-cible à travers les indicateurs définis dans le cadre logique du projet ainsi que les éventuels effets inattendus.

4.4 Conclusions et recommandations

L’évaluateur terminera son rapport par une analyse générale des points forts, des points faibles, des opportunités et des menaces du projet. Il formulera en conséquence des recommandations pour toutes les activités analysées. En particulier, le rapport devra permettre d’identifier les éléments de pérennisation du projet.

4.5 Livrables

Un rapport final provisoire sera produit à l’issue des travaux du consultant et au plus tard un mois après la fin de la mission de terrain.
L’IECD formulera ses remarques et observations à l’évaluateur dans les deux semaines suivant la réception du rapport provisoire. Le rapport définitif, intégrant ces observations, devra être disponible dans les deux semaines suivant la réception des commentaires. Si ces observations expriment des différences d’appréciation non partagées par l’évaluateur, celles-ci pourront être annexées au rapport définitif et commentées par l’évaluateur.
Une restitution orale du rapport d’évaluation sera attendue à Paris dans un délai d’un mois suivant l’envoi du rapport définitif.
Objectif 1 :
- Un rapport de mission analysant et proposant des recommandations pour chacun des points suivants :

o L’évaluation de la pertinence du parcours, de la qualité et des activités pédagogiques et éducatives proposées par l’Année préparatoire
o L’évaluation de la pertinence du parcours, de la qualité et des activités pédagogiques et éducatives proposées par le suivi SUP
- Une note proposant des pistes de réflexion et recommandations pour chacune des questions suivantes :
o Quelles activités doivent être conservées/annulées/modifiées/crées pour garantir l’atteinte de l’objectif du programme?
o Pourrait-on repenser d’autres types de « sorties positives » du programme ?
Objectif 2 :
- Un rapport de mission analysant et proposant des recommandations pour chacun des points suivants :
o L’évaluation de l’efficience du programme mesurée à partir de rapports entre les résultats obtenus et les ressources utilisées,
o L’évaluation du modèle économique de SESAME.
- Une note proposant des pistes de réflexion et recommandations pour chacune des questions suivantes :
o Peut-on diminuer les coûts fixes en conservant les objectifs et la qualité du programme?
o Comment réduire les coûts du programme tout en préservant l’impact du programme et ses grands équilibres ?
o Comment dimensionner les activités et l’équipe de SESAME de manière optimale ? Quels seraient les choix d’optimisation ou de rupture à opérer et les options possibles (à chiffrer) ?
o Quelles sont les projections budgétaires à anticiper pour 2023 ?

5.Organisation de l’évaluation

5.1 Profil de l’évaluateur

L’évaluateur (h/f) aura un profil s’approchant au mieux de la description suivante :
o Expérience professionnelle d’évaluation pédagogique et/ou organisationelle et financière
o Expérience en évaluation de projets de développement
o Bonne compréhension de l’enseignement supérieur
o Connaissance du contexte africain ; idéalement, expériences à Madagascar
o Bon relationnel, capacité à travailler avec des équipes multiculturelles
o Capacité à communiquer clairement à l’oral comme à l’écrit

5.2 Documents à présenter par les consultants

Les consultants candidats devront fournir les éléments suivants :
• Une offre technique comprenant :

o Une note de compréhension des termes de référence (1 page) et de présentation de la méthodologie utilisée (1 page) ;
o Les références et expériences de l’évaluateur (10 pages maximum) ;
o Le calendrier prévisionnel d’intervention ainsi qu’une estimation des charges en hommes/jours.
• Une offre financière comportant le budget global (Toutes Taxes Comprises) et les prix détaillés.
Les coûts de transport, hébergement et repas seront pris en charge directement par l’IECD. Il
est attendu une proposition concernant les honoraires (préparation, missions sur le terrain, rédaction du rapport, restitution).

5.3 Proposition de planning

- L’évaluateur consacrera 1 à 2 journées en France (visite des locaux de l'IECD, lecture des documents du projet, rencontre avec le responsable du pôle Education, la coordinatrice du programme, la direction de l’IECD), afin de préparer l'étude préalable.
- Il se rendra ensuite à Madagascar pour conduire l’évaluation (observation et analyse) durant 10 jours de terrain du 1er au 11 Octobre 2019.
- Il transmettra alors un rapport provisoire, transmis dans le mois suivant la mission.
- L’IECD aura 15 jours pour poser des questions ou faire des remarques complémentaires.
- L’évaluateur rédigera alors un rapport définitif qu’il fera parvenir dans les 15 jours suivants.
- Il fera ensuite une restitution orale de son rapport sous un délai maximum d’1 mois, qui sera
faite au siège de l’IECD à Paris.

Les évaluateurs candidats sont invités à soumettre leur proposition technique et financière
avant le 23 Août 2019 inclus à l’adresse suivante : Julie.tardieu@iecd.org